Toutes les actualités

20.000 lieues sous les mers

Par ALEXANDRA PLANQUAIS, publié le mercredi 27 mars 2024 16:21 - Mis à jour le mercredi 27 mars 2024 16:22
affiche.jpg
Exposition interdisciplinaire des 5e Hanquinquant

Le but de ce projet était de faire découvrir aux élèves les enjeux liés au développement durable. Comment dénoncer la pollution de l’Océan par le plastique (mettant en danger toutes les formes de vie animales, végétales marines et humaines) ? Comment agir en tant que citoyen pour limiter les déchets plastiques ? 

 

Disciplines concernées :

  • Arts Plastiques
  • Français
  • S.V.T
  • Technologie

 

  • Réalisation d’une charte éco-citoyenne

CULTURE LITTERAIRE : Les élèves ont lu un roman et ont travaillé sur différents supports : texte informatif, roman d'anticipation, dessins de presse...

RENCONTRE : Ils ont effectué des dessins en collaboration avec l'auteur-illustrateur Thelmo qui est intervenu dans notre collège.

 

PRATIQUE : ils ont rédigé une charte en lien avec le développement durable qui a été affiché sur les murs de la salle Samuel Paty 

 

  • Productions évoquant le « plastique tueur »

CULTURE SCIENTIFIQUE
- Comment expliquer que l’on retrouve des microparticules de plastique dans nos assiettes ?

PRATIQUE : Les élèves individuellement ou en binôme ont, dans une production plastique, représenté symboliquement le « plastique tueur » (montrant la pollution plastique dans nos aliments, ou une personnification du plastique...)

 

 

  • Fresque en relief sur le thème des monstres des mers.

PRATIQUE : Après une collecte et un tri de bouchons en plastique, les élèves ont réalisé collectivement une fresque de 4m pour dénoncer le gaspillage et la pollution engendrés par les bouteilles en plastique

 

Après l’exposition les bouchons seront donnés à l’association 276 qui les recycle et donne des aides financières aux personnes en situation de Handicap pour financer les équipements.

CULTURE ARTISTIQUE : L'oeuvre de Matisse Polynésie et Mary Ellen Croteau a été analysée

 

 

 

  • Installation de bancs de méduses

CULTURE SCIENTIFIQUE : Comment expliquer les déplacements des masses d'eau responsables du 7ème continent ?

CULTURE ARTISTIQUE : Les oeuvres de Ernst Haeckel, de Sophie Videgrain et de       Bordalo ont été analysée

 

PRATIQUE : Après une collecte de plastique de toute sorte, les élèves ont, individuellement réalisé une planche de croquis en imaginant leur méduse, un monstre émanant des déchets qui pourraient polluer la mer et l’océan.

 

Ils l’ont ensuite assemblée pour réaliser des volumes.

 

Une installation par suspension permettait de donner l’impression au spectateur d’une immersion dans un banc de méduses. Le visage des spectateurs au plus près cette pollution.

 

 

 

  • Conception et fabrication d’une sculpture mobile

PRATIQUE : A partir de bouteilles en plastique, les élèves ont réalisés collectivement, une pieuvre dont les tentacules s'articulent et s’animent. Les yeux sont éclairés grâce à un système de lumière. Sensible grâce à un détecteur de mouvement, la créature bougent à l’approche des êtres humains et devient le symbole du danger pour l'Homme et la planète

 

CULTURE ARTISTIQUE :Les élèves ont étudié les oeuvres mobile de Tinguely et de Panamarenko

Les élèves ont participé au concours national Art en plastique pour l’Océan pour la Fondation de la Mer et le ministère de l'Éducation nationale et de la Jeunesse

La SMEDAR va intervenir auprès de la classe afin de les sensibiliser au tri.

A l'occasion du festival Inspire, les élèves vont découvrir les oeuvres in situ de l’artiste portugais Artur Bordalo issu du street art. Ces œuvres représentent des animaux multicolores en volume avec des matériaux recyclés qu’il repeint. Elles sont toujours écoresponsables, puisque leur composition même se base sur des assemblages de détritus glanés dans les rues ou les déchetteries. En fabricant ce zoo mutant, l’artiste rappelle à ses contemporains leur devoir de respect envers l’environnement et suggère que l’homme a tendance à considérer d’un même regard les ordures qu’il produit et la faune et la flore qu’il détruit.